• Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

« Courrier de l’air » dans Le Patrimoine

21102008

sinaisartcda.jpg
Une relecture utile : l’article de Bertrand Sinais
dans Le Patrimoine de La Poste (édition Flohic, Charenton-le-Pont, 1996) sur la définition « Courriers de l’air ». Bertrand Sinais, grand spécialiste de la marcophilie de la Seconde Guerre mondiale, est aussi un négociant parisien connu et reconnu (boutique au 7 rue de Chateaudun, 75009 Paris) et expert près la cour d’appel de Paris.

Fichier pdf ci-dessous (téléchargeable).
cdasinais.pdf




Le débarquement de Normandie annoncé le 10 juin 1944

15102008

1994cdagb69.jpg
Le 6 juin 1944, les armées alliées débarquent sur les côtes normandes.
La propagande anglaise en informe les populations de la France occupée dès le 10 juin par un numéro du journal Le courrier de l’air. Ce tract fut le premier à annoncer la réussite du débarquement, le fameux « Jour J ».

Illustration : tract n° F 69 (indicatif en bas au recto, 4 pages, 265 x 212) dispersé par avion au-dessus de la France occupée. Le premier largage de ce tract a eu lieu dans la nuit du 15 au 16 juin 1944 ; le dernier dans la nuit du 23 au 24 juillet 1944. Tract réalisé par le PWE © coll. Laurent Albaret, DR.




Le tract dispersé par Gaston Tissandier ?

12102008

1870cdatissandier.jpgSerait-ce le tract dispersé le 30 septembre 1870 par Gaston Tissandier, à bord du ballon le Céleste ? La question est posée… Certains l’affirment, mais les archives n’en possèdent aucune trace. Il est imprimé en deux colonnes sur une feuille de papier format in-8°. La colonne de gauche était imprimée par un texte en allemand, celle de droite était la traduction française du document. En voici le texte intégral (en français) :

 

« Au commencement de la guerre, la nation allemande a pu croire que la nation française encourageait l’Empereur Napoléon III dans ses projets d’agression. La nation allemande a pu se convaincre depuis la chute de l’Empereur que la nation française veut la paix. Elle désire vivre unie avec l’Allemagne, sans contrarier son mouvement d’unité, qui profitera aux deux peuples. «Il semblerait d’abord naturel que les deux nations missent bas les armes et cessassent de s’entre-tuer. «La France a reconnu qu’elle était responsable des fautes de son gouvernement. Elle a déclaré être prête à réparer les maux que ce gouvernement a faits. L’Allemagne laissée à elle-même accepterait de grand coeur ces conditions honorables. Elle a montré sa vaillance et sa science militaires. Elle n’a aucun intérêt à continuer cette lutte qui la ruine et lui enlève ses plus glorieux enfants. Mais l’Allemagne n’est pas libre. Elle est dominée par la Prusse, et la Prusse elle-même est sous la main d’un monarque et d’un ministre ambitieux. Ce sont ces deux hommes qui ont repoussé la paix qu’on leur offrait. Ils veulent satisfaire leur vanité en enlevant Paris. Paris résistera jusqu’à la dernière extrémité ; Paris peut être le tombeau de l’armée assiégeante. Dans tous les cas, le siège sera long ; voici l’Allemagne hors de chez elle tout l’hiver, et l’absence de la fleur de la population laisse les familles dans la misère. Jusques à quand les peuples seront-ils la dupe de ceux qui les gouvernent ? Ce sont les rois et leurs ministres qui les poussent les uns contre les autres à des a combats homicides. Commandée par Napoléon, la France marchait à la bataille ; maintenant que Napoléon est renversé, elle ouvre les bras à l’Allemagne. Sans doute elle défendra pied à pied son foyer, elle ne se laissera rien enlever de son sol ; mais aussi elle prend l’engagement de respecter celui de ses voisins. Elle leur propose une alliance fraternelle. Que l’Allemagne ne soit pas plus longtemps l’esclave d’une ambition aveugle ; qu’elle ne lui donne plus ses enfants à égorger « .







All you need is Love |
Offres d'emploi GTE |
bienvnue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vente à domicile et la p...
| BUSINESS et opportunité Tra...
| L'actu du côté des jeunes M...